• { Numérique }
  • { Rédigé par FEKRANE Catherine  }

L’association Silicon Sentier inaugurait le 7 janvier « le Camping », un accélérateur de start-ups installé au Brongniart à Paris. Investi suite à un appel d’offres de la Mairie de Paris pour l’occupation de ce lieu historique remporté en avril dernier par Silicon Sentier, le Palais Brongniart va accueillir pendant 6 mois, 12 équipes porteuses d’un projet web ou logiciel innovant.


Un programme d’accélération de 6 mois

« Le programme dure 6 mois, au cours desquels les équipes doivent passer à un stade avancé de leur projet avec un premier client, un business plan validé et un prototype abouti avec des utilisateurs » raconte Marie Vogan Le Barzic, directrice générale de Silicon Sentier. « L’idée est de permettre un accès accéléré au marché. Les équipes doivent donc disposer d’une capacité à aller vite, à déclencher un usage avant les autres ». Pour y parvenir, les porteurs suivent, au cours des 6 mois, 80 sessions animées par différents mentors (entrepreneurs, expert design ou technologique).

Des partenaires prestigieux

Google France, partenaire du Camping, participera par exemple au programme pédagogique du Camping. « Une dizaine de Googlers partageront avec les start-ups sélectionnées leurs savoir faire et leur expérience de l’économie numérique » explique Jean Marc Tasseto, Directeur général de Google France. Selon lui, il est de « l’intérêt de Google d’agir pour la vitalité de l’économie numérique française. En aidant les entrepreneurs français à se développer, à embaucher, et à exporter, nous participons à nourrir un écosystème qui est directement lié à notre coeur de métier ». Le groupe accompagnera également financièrement les projets par le biais de bourses (près de 100.000 euros à répartir entre l’ensemble des start-ups).

12 start-ups en accélération

Sur les 161 projets reçus, seuls 12 ont été sélectionnés (1) sur des critères liés à leurs compétences (marketing, développement, etc), leurs approches utilisateur et leurs réflexion sur les usages et l’accès, mais aussi, sur leurs capacités à intégrer le discours proposé, à se remettre en question pendant le processus de développement de leurs projets. « Il n’y a pas vraiment de profil type des équipes, même si la majorité sont des jeunes avec une première expérience professionnelle dans un milieu innovant » précise Marie Vogan La Barzic, qui, comme pour La Cantine, a la volonté de « créer un modèle exportable, applicable à d’autres structures ».
(1) Beansight, Dabla, Drynck, Itipic, Kawet, Mesagraph, My secret garden, P1 Security, Perspecteev, Qeiru, Studyka et Zifiz.